Images sous licence privée.

Film intérieur – écriture numérique

Comme je ne ferai jamais de cinéma, autrement dit, une suite d’images créant le mouvement du sujet, je prends le parti de figer le mouvement dans une image.

J’y adjoins une phrase qui se veut l’ambiance de mon film intérieur, comme une illustration musicale, une voix off, un visage en gros plan qui suivrait ici cette forêt des Vosges où je passais, dans l’action du film que j’imagine.

Ne faisaient-ils pas ainsi dans les films muets en intercalant des textes entre les scènes ? Pour moi, écrire, est un moyen supplémentaire de porter la pensée intimement liée à l’image et qui en découle. Ça n’a rien à voir avec l’image illustrative qui sert à augmenter l’écriture, à l’expliquer ou à le justifier.  Ici l’image et le texte naissent ensemble et sont indissociables l’un de l’autre. Aucune image aussi banale soit-elle n’est dénuée de sens et parfois elle ne suffit pas à dire tout ce qu’elle porte d’intention qui ne soit pas esthétique mais propre à l’humain qui la réalise.

L’exercice est intense à faire et très excitant. J’aurais aimé écrire à la main directement sur l’image mais le résultat, pour le moment, ne me conviendrait pas. Peut-être plus tard.

 

Leave A Comment