Images sous licence privée.

Immobiles et roux

Invitation à une contemplation, une respiration, peut-être une élévation  dans le roux et les fûts des hêtraies de la montagne d’Albion où j’ai marché tout dernièrement un après-midi de soleil et de froid.

Sans vent, le flanc répercute le bruit des pas froissant les feuilles et quand je m’arrête, on entend les bruissements d’ailes des oiseaux effarouchés – je ne connais rien de plus émouvant au monde que ce bruit là dans l’air silencieux –

Songe, toi qui lis, à l’immobilité des arbres soumis aux désordres du monde , qu’ils soient naturels ou nés de notre main. Quel modèle sont ces êtres pour le petit genre humain si nerveux, bruyant, trépidant qui ne cesse de s’agiter.

Mesure si tu peux, qu’ils étaient là avant nous, et qu’ils seront là après nous.

23.11.2021.

 

Leave A Comment