Images sous licence privée.

Je porte le soleil dans ma coupe d’or, La lune en un sac d’argent.

Viens que je te chante à l’oreille, Les jours dansants ne sont plus Qui portaient soie et satin. Accroupis-toi sur la pierre, Enveloppe ce sale corps Dans un haillon aussi sale. Je porte le soleil dans ma coupe d’or, la lune en un sac d’argent.

Maudis si tu veux je te chante Tout le chant, puisque peu importe Si celui qui te donnait joie Et les enfants qu’il te fit Dorment quelque part comme loirs Sous une dalle de marbre Je porte le soleil dans ma coupe d’or, la lune en sac d’argent.

Aujourd’hui même j’ai pensé, Midi sonnant à l’horloge, Qu’homme n’a rien à prétendre Qui s’appuie sur un bâton Mais qu’il peut chanter, chanter Jusqu’à tomber, que ce soit Devant la jeune ou la vieille, Je porte le soleil dans ma coupe d’or, La lune en un sac d’argent.

W.B Yeats – Quarante-cinq poèmes, traduit par Y.Bonnefoy. // Sur ce chemin, c’était hier, le 10 mars, quelques rencontres remarquables en les narcissus jonquilla et ces deux jeunes chênes, puis la fleur de lune de Véro, un talisman nouvellement arrivé près de moi et qui m’a fait choisir ces deux phrases de Yeats :  »Je porte le soleil dans ma coupe d’or, La lune en un sac d’argent ». En rédigeant ces lignes, en choisissant ces photos, j’écoute des airs d’André Jolivet, violoncelle, hautbois et voix… tout s’accorde ici…

Leave A Comment