Images sous licence privée.

Dors bien…

 

J’ai regardé pour la 4e fois hier soir, Interstellar, le film de Christopher Nolan, de 2014. C’est un film qui me laisse toujours partagée, troublée. À chaque fois, j’en comprends davantage sur les raisons de mon trouble (heureusement me direz-vous) : cette science-fiction n’en est pas, et mieux vaudrait l’appeler physique-fiction car c’est un film construit non pas sur la science (qui n’est plus, aujourd’hui que techniciste ultra sophistiquée) mais sur la physique et ses lois. La base. Ce film, comme un plaidoyer pour le futur est très divertissant (les sentiments abondent, c’est agréable ) mais ça s’arrête là,  parce qu’à mon avis il n’y a aucune raison de vouloir sauvegarder l’humanité.

 

 

Leave A Comment